jeudi 13 mars 2014

Orgueil + Courage un jour d'hiver

!#$!!?###@#!?!?!?#@$!!!!!!!!

J'ai hiberné tout l'hiver. Je pensais ainsi avoir évité le pire: Conduire dans la neige.

Je n'avais pas pensé qu'on était au Québec et que l'hiver pouvait se pointer quand bon lui semble même à la mi-mars!

Trop fière de son dernier coup, mon orgueil a choisi ce jour béni de tempête pour aller chercher mon courage le temps d'une petite virée entre potes!

B-R-A-V-O!

Je n'avais jamais vraiment compris pourquoi le gens chialaient et pestaient contre l'hiver. Après tout, c'est TELLEMENT beau de la neige!

Mais c'est aussi froid! Bon, oui, je savais que la neige était froide, mais je n'avais jamais vraiment eu à déneiger une auto...

Règle #1: Mettre des gants pour déneiger

Ça semble simple, mais faut l'avoir expérimenté pour vraiment comprendre, je suppose.

Règle #2: Il faut des gants pour conduire

C'est froid un volant en hiver!!!!


C'est maman, la chanceuse, qui a eu le "plaisir" de m'accompagner pour cette première petite sortie routière hivernale.

Une fois la van démarrée, un premier défi se présente: Il faut sortir de là! Légère panique. Mon courage ne se sent pas super bien, mais mon orgueil a bien vite fait de l'entrainer vers une euphorie démesurée à mon sens. Je serre les dents, avance, recule, avance, recule, avance... Pouf! Me voilà dans la rue prête à partir pour la gloire. Mon orgueil et mon courage festoient, ça promet pour la suite!

Le chemin à faire n'était pas très long. Heureusement car je n'aurais pas supporté les festivités incessantes à chaque arrêt que je faisais. Car, oui, il faut adapter sa conduite, ajuster sa vitesse et prévoir ses freinages, mais de là à faire la fête, il y a une marge!

Une fois rendue à destination, il fallait bien stationner. Même mon orgueil et mon courage ont cessé de s'énerver pour me regarder d'un air interrogateur. J'ai un peu fait mon possible dans les circonstances. Au moins je n'étais pas en plein milieu de la rue!

Le chemin du retour s'est fait plus simplement. Orgueil et courage s'étaient assoupis paisiblement: Je savais ce que je faisais après tout! Ils se sont toutefois réveillés abruptement lorsqu'une fois rendue à la maison, il a fallut que je me stationne de nouveau.

Faire son possible, c'est bien beau, mais quand t'es rendue sur le trottoir, ça n'a rien de rassurant. C'est là que l'orgueil a pris toute la place. C'est bien beau le courage, mais les situations critiques demandent parfois des réactions démesurées. Avec les conseils patients de maman, j'ai réussi, je dois dire, à me stationner plus que convenablement. Même mon orgueil a dû ramasser sa mâchoire! Heureusement que mon courage était là pour la ramener dans la maison car je crois qu'elle serait encore sur la banquette arrière à se les geler.

Conclusion de cette aventure: La neige c'est pire dans la tête qu'en réalité. Orgueil et courage n'étaient nécessaires que pour donner le coup d'envoi. Après, avec un peu de bon sens et un bon accompagnement, on peut définitivement y arriver.

Mais !#$!!?###@#!?!?!?#@$!!!!!!!! c'est froid de la neige!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire