jeudi 22 août 2013

Je conduis sous la pluie...

I'm driving in the rain!!!!!

Avouez que la chanson est maintenant dans votre tête!

Après 1 semaine à ressasser les images d'accidents qu'on nous a passées en boucle au cours #8, j'ai pris mon courage à 2 mains.

Je devais faire quelques courses au magasin à rayons près de chez moi. Je n'avais pas le goût de conduire. Je suis enrhumée, il pleut... Toutes les raisons sont bonnes n'est-ce pas?

Je ne sais pas quelle mouche m'a piquée, mais une bulle au cerveau m'a fait tendre la main et m'a fait articuler un "je vais conduire" beaucoup trop convaincu pour l'assurance qui m'habitait.

Mais je l'ai fait! Aller retour, avec des boulevards, des changements de voie, des lumières et un gros stationnement.

Bon c'était à 5 minutes de la maison, mais c'était un gros 5 minutes.

J'ai fait ça comme une championne sans me laisser déconcentrer par les essuie-glaces.

Ai-je apprivoisé la pluie? Pas encore, mais je suis sur la bonne voie.

jeudi 15 août 2013

La vitesse en théorie

Ce soir avait lieu le cours théorique #8: La vitesse.

En résumé, on a passé 2 heures en classe à se faire répéter que la vitesse tue avec vidéos à l'appui.

La maman en moi a trouvé ce cours génial. Il est clairement monté pour les jeunes apprentis de 16 à 24 ans et j'ai hâte que mes fils le suivent afin de bien comprendre les impacts de la vitesse au volant.

L'apprentie de 34 ans en moi a trouvé ça VRAIMENT long. J'avais l'impression de subir l'un des mémorables sermons de mon père.

La rédactrice en moi a toutefois dû admettre qu'ils ont fait un effort pour dire 30 fois la même affaire sans que ça paraisse trop.

La stressée en moi a eu la peur de sa vie en voyant tous ces vidéos de collisions mortelles.

La grande question maintenant: Ai-je pu somnoler tranquille dans mon coin?

À cela, je dois dire que le prof en a vu d'autre. Il a toute de suite remarqué que j'étais celle qui faisait grimper la moyenne d'âge du groupe, celle à qui le cours ne s'adressait pas vraiment. J'ai donc eu l'immense honneur de lire à voix haute TOUTE la théorie! Je me félicite de m'être apporté un très grand thé, ça m'a permis de tenir le coup.

En somme, ce cours ne s'adressait clairement pas à moi. Toutefois, il y avait 14 jeunes de 16 à 24 ans dans la classe et, malheureusement, ce sont encore eux qui sont le plus souvent victimes de la vitesse au volant. Le but était clairement de leur mettre du plomb dans la tête. Est-ce la meilleure façon de faire? En tout cas, ça semble être efficace car, depuis le retour des cours obligatoires, il y a eu une diminution des accidents causés par les jeunes. Pas tous, mais une diminution assez significative pour que la maman en moi trouve ça pertinent et intelligent.

Tant pis pour l'apprentie de 34 ans, la rédactrice et la stressée en moi! Si au moins un des jeunes présents ce soir a changé sa façon de penser suite à ce cours, ça valait bien la peine de me le taper. Deux petites heures ce n'est rien à côté d'une vie, n'est-ce pas?

lundi 12 août 2013

À reculons...

En revenant de l'épicerie, ce soir, ma mère m'a tendu les clés de la van.

Fidèle à ma promesse, j'ai saisi les clés prête a conduire au nom des 4 piliers de la conduite automobile (pratique, pratique, pratique et pratique).

Or, on était dans un stationnement (obstacle 1) et il fallait reculer (obstacle 2).

Tout ce que je peux dire pour garder un semblant de fierté, c'est que ça été laborieux. La bonne nouvelle, c'est que je n'ai rien accroché (mince consolation) et que j'ai donné un bon spectacle aux passants (au diable l'orgueil).

Je vous jure qu'après ça, m'engager sur le boulevard, effectuer un changement de voie, tourner à la lumière et me rendre jusqu'à la maison a eu l'air d'un jeu d'enfant! (Un petit up! pour mon estime)

En arrivant à la maison j'ai dû affronter mon 2ème reculons de la journée (c'était trop pour mon cerveau).

Résultat: Je suis rentrée sur le bord du trottoir (honte), sous le regard de mon voisin amusé (double honte) et de mon Zamoureux (triple honte).

J'ai finalement remis les clés à ma mère en lui disant de s'arranger avec ça. Rendu à ce point j'ai tenté de préserver le peu d'amour propre qu'il me restait.

D'ailleurs je vous ai dit que j'avais effectué un super changement de voie avec l'angle mort et tout le tralala?

jeudi 8 août 2013

Rouillée...

Après 3 semaines d'inactivité, me voilà de retour derrière le volant.

Pourquoi ai-je attendu si longtemps? D'abord les vacances, puis la bonne vieille trouille. Rien de plus. Pathétique, n'est-ce pas?

Tellement pathétique que j'ai dû appeler à l'école de conduite pour réserver un cours pratique hors cursus pour me forcer à conduire à nouveau.

Pathétique, pathétique, pathétique!

Bon je pense que le quota légal concernant l'utilisation du mot "pathétique" est atteint.

Je me suis donc payé le luxe d'une reprise du cour #4: les changements de voies.

Quoi de mieux qu'une virée sur les boulevards environnants pour se remettre dedans?

Résultat: Je suis rouillée! Autant que Mathers dans le film "Cars". C'est une belle image, avouez!

Le problème c'est que je pense trop! Pas "trop" juste comme ça...VRAIMENT trop!

Et je ne regarde pas assez loin...

Bref, j'ai déjà vu mieux au niveau de mon estime personnelle. Ça m'apprendra à faire relâche!

Avec mon instructeur, j'ai toutefois convenu de m'en tenir aux 4piliers de la conduite automobile: 

1- La pratique
2- La pratique
3- La pratique

Et...

4- La pratique!

Ce qui signifie de ne plus refuser de conduire quand mes accompagnateurs me l'offrent (je plaide coupable sur ce point).

C'est donc avec un beau sourire, qu'une fois mon cour terminé, j'ai rejoint Zamoureux puis lui ai dit sans le laisser placer un mot: "Chéri, j'te ramène à la maison!"

C'était sa première fois en tant que mon passager. Mais ça, c'est une autre histoire que je vous réserve pour demain!

Sur ce, je vais aller faire sécher mes mains encore moites de nervosité!

Pathé... tique?