lundi 4 novembre 2013

Le jour où j'ai montré mon permis...

Hier, un peu partout au Québec, c'était jour d'élections municipales.

Habituellement, lorsqu'il y a des élections  c'est toujours plus compliqué. Il faut prévoir une peuve d'identité et une preuve d'adresse. J'ai arrêté de compter le nombre de fois je me suis fait regarder comme si j'étais une extra-terrestre, une "sans permis ?!???"

Il y a 4 ans, j'ai eu mon premier passeport. Ça m'a légèrement simplifié la vie et ça me donnait l'occasion de sortir mon précieux document. Car, il faut le dire, à coups de gouvernements minoritaires, j'ai voté plus souvent que j'ai voyagé!

Mais hier c'était la consécration totale! Je n'ai jamais été aussi heureuse d'aller voter. Non pas pour exprimer mon choix, mais pour montrer officiellement mon permis! J'avais l'air, à la limite, euphorique mais c'était la première fois que je n'étais pas une bizarre, une étrange. De "sans permis", je suis passée à.... RIEN! Une citoyenne normale! 

Jamais je n'ai été aussi heureuse de ne pas avoir à me justifier. Mais bon, réflexe aidant mon trop plein de bonheur, j'ai expliqué en long et en large le pourquoi du comment aux employées des élections chargées d'établir mon identité. Elles m'ont regardé comme si j'étais une extra-terrestre, une bizarre, une étrange...

Bref, tout était revenu comme avant!

mercredi 30 octobre 2013

Déplacements de base

Je ne suis pas très assidue de la conduite. Je suis loin du 1h par semaine recommandé (oups!)

Mon amie T (elle va se reconnaître) me ferait des gros yeux si elle était devant moi. Du moins, je risque d'en entendre parler sur mon compte Facebook.

Alors, soyons existenciels un peu: Pourquoi j'apprends à conduire?

J'ai bien creusé la question et la réponse est tout simple: pour assurer mes déplacements de base. Je veux juste aller du point A au point B sans avoir à attendre après quelqu'un.

Or, qui dit déplacement de base, dit rendez-vous au salon de coiffure. Difficile de faire plus de base, ça se classe juste après l'épicerie.

Ce matin, j'ai donc tiré maman du lit, pris les clés un peu à contrecœur, je l'avoue, et trainé mon derrière par moi-même jusqu'au salon de coiffure... à 5 minutes de la maison! (je vous l'avais dit que c'était de base)

Mais j'ai conduit! D'ailleurs, je suis à la rechercher d'une destination de base pour demain. Après 34 ans à dépendre des autres, disons que j'ai développé une grande patience en ce qui a trait à mes besoins en termes de déplacements.

Des suggestions?

mercredi 23 octobre 2013

L'histoire de M

M, c'est la gardienne de ma fille. Elle a à peu près le même âge que moi, quoique je ne lui ai jamais vraiment demandé.

M fais partie du clan des "pas de permis, mais comment ça se fait à ton âge!?!?!"

Lorsque j'ai entamé mon processus en mai dernier, j'en ai discuté avec M. C'est peut-être ça qui lui a donné la motivation nécessaire pour aller s'inscrire. Elle a commencé en juin dans une école de conduite différente de la mienne.

Le parcours de M est similaire au mien: Travailleuse autonome, elle dépend de son mari pour se déplacer (ou des ses 2 jambes). Avec les enfants qui grandissent, le besoin d'avoir son permis se fait de plus en plus grand.

Je parle ici de "besoin" car, à notre âge, ce n'est plus tant un désir qu'une nécessité.

Or, aujourd'hui c'était le grand jour pour M: son premier cours pratique. Je la sentais nerveuse ce matin. Sa voix, un brin paniqué m'a rappellé des souvenirs, tout comme sa menace de tout annuler. Le pire, c'est que je pouvais tellement la comprendre!

Mais au lieu de paniquer avec elle, je suis devenue étrangement calme et j'ai entamé de la rassurer. Après tout, si j'ai pu réussir le premier cours, elle le pouvait également. Je ne suis pas beaucoup plus avancée qu'elle, mais de l'encourager, ça m'a fait réaliser le chemin parcouru depuis le mois de mai. 

Quand je suis allée chercher ma fille à la garderie en fin de journée, M était déjà partie. J'ai eu une petite pensée pour elle, en espérant qu'elle ait pris son courage a 2 mains. Car, je ne le lui ai pas dit, mais je menace de tout lâcher a chaque nouvelle étape. Elle n'avait juste pas besoin de le savoir. Elle va s'en rendre compte assez vite.

Vivement demain qu'elle me raconte son aventure!

samedi 12 octobre 2013

Repentigny-Montréal

Après 3 semaines d'inactivité routière, il fallait que je me ressaisisse et reprenne l'entrainement. Quoi de mieux que de faire Repentigny-Montréal au soleil couchant? Moins glam que Québec-Montréal, mais je ne crois pas que mes nerfs en auraient supporté plus. Je vous écris et j'en tremble encore!

Que s'est-il passé?

Essentiellement rien sinon que j'ai fait ma plus longue distance à ce jour, que j'ai dépassé le 50 km/h en roulant à 70 km/h là où c'était permis (je tiens à le préciser et non, je n'ai pas fait d'autoroute) et que j'ai fini mon trajet à la noirceur. De beaux défis, n'est-ce pas?

Mais ce n'est pas tout! Ayant eu la confirmation qu'il n'était pas illégal (mais pas recommandé non plus) pour une apprentie telle que moi de rouler avec un passager enfant, j'ai fait tout ce trajet avec Miss L, 20 mois, derrière moi. Bien entendu, Zamoureux était là lui aussi histoire que je ne perde pas mes 4 pauvres petits points de démérite.

Comme je l'ai dit, tout s'est bien passé, mais je comprends maintenant pourquoi ce n'est pas recommandé de rouler avec des enfants pendant l'apprentissage. Miss L est bien charmante et gentille, mais entendre «Maman! Maman! Maman....» alors que mon seul but c'était de nous ramener sains et saufs à la maison, ce n'est nettement pas l'idéal. Mes nerfs en boule et mes mains moites peuvent en témoigner.

Reste que, malgré tout, nous sommes bel et bien parvenus jusqu'à notre domicile sans anicroche, ce qui, en soi, constitue une belle réussite.

Sur ce, maintenant que je n'ai plus à prendre le volant, je vais m'octroyer un petit verre de vin histoire de célébrer cette petite victoire sur la longue route de mon apprentissage!

mercredi 9 octobre 2013

L'apprentie qui ne conduit pas...

Je sais pourquoi les cours de conduite sont fait pour les jeunes: Ils ont le temps de pratiquer!

Ça fait 3 semaines que je n'ai pas conduit... Shame on me!

Toutes les raisons sont bonnes, croyez-moi! Double honte!

Ce soir, cours théorique #9. En espérant que ça me motive un peu. Il faudrait, car le prochain cours pratique c'est l'autoroute!

Sur ce, je vais essayer de ne pas m'endormir pour les 2 prochaines heures...

mercredi 18 septembre 2013

Parallèlement

C'était ce soir. Il fallait que je passe par là un jour ou l'autre...

Comme toujours, une grande nervosité s'était emparée de moi au cours de la journée. C'est souvent le lot d'une première. Pour ajouter au défi pourquoi ne pas faire ça dans le noir! Dans le pire des cas, j'avais y aller au son! Voyez le tableau, n'est-ce pas?

Ça, c'était jusqu'à ce que l'instructeur me dise que personne n'avait manqué son stationnement en parallèle avec ses explications et qu'il avait une moyenne parfaite de 100%!!!

À ce moment précis, j'ai ravalé péniblement ma salive, j'ai démarré le véhicule, allumé les lumière et je me suis mise en route vers mon destin.

Il faut dire que, pour une apprentie, le stationnement en parallèle, c'est assez effrayant. Dans l'ordre des choses qui font peur, le parallèle est quelque part entre l'orage et les zombies... Je vous laisse imaginer!

Toutefois, et ça me coûte de l'admettre, les explications de l'instructeur étaient si claires et limpides que sa moyenne est demeurée intacte. 

Apres 5 stationnements réussis, je dois avouer que le parallèle a trouvé une meilleure place quelque part entre le patinage et le vélo: suffit de pratiquer car ce n'est pas si sorcier!

vendredi 13 septembre 2013

Cours pratique #5

Hier, j'en ai eu assez. J'ai saisi mon téléphone et j'ai appelé à l'école de conduite pour réserver mes cours 5 et 6. Parfois, il faut s'obliger à sortir de sa zone de confort...

J'ai d'ailleurs été déstabilisée quand on m'a dit qu'il y avait un cours disponible le lendemain matin (aujourd'hui). Pas le choix, j'étais au bout du plongeon et il faudrait bien que je me mouille un moment donné! Moi, qui venait tout juste de sécher mes belles plumes de poule mouillée!

Je me suis donc présentée à l'heure convenue avec l'angoisse au ventre et les mains moites. Rien de nouveau jusque là.

Le cours #5 est un cours de révision des leçon 1 à 4. Pas de problème, je savais que je n'allais pas reculer (cours 6), ni aller sur l'autoroute (cours 7-8) ou au centre-ville (cours 9-10). Je pouvais donc respirer puisque je connaissais mes manoeuvres de base.

Ce que je n'avais pas prévu, c'était que j'allais sortir de mon précieux quadrilatère dans lequel je commençais à me sentir à l'aise. Exit les pantoufles confortables! Enfiles tes talons-hauts ma belle, on part en expédition!

Panique! Rien pour arranger mon problème de mains moites et l'anxiété qui me tenaillait!

J'ai donc emprunté un boulevard, passé ma  limite psychologique (ouf!) et je me suis rendue compte que l'air était encore respirable au-delà de cette barrière. Mais j'étais en terre hostile. Si, dans mon coin, les gens sont habitués à côtoyer les autos-écoles (il doit y avoir 3-4 écoles près de chez moi), il semble en être autrement quand on s'éloigne. Klaxons, dépassements par la droite... Bienvenue dans la vraie vie madame l'apprentie!

Je dois toutefois dire qu'à part trouver ces usagers franchement "tapons", j'ai plutôt bien négocié ces attitudes hostiles en maintenant le cap et en me concentrant sur mon apprentissage. Et pour apprendre, j'ai appris: sens uniques, dos d'ânes, changements de vitesse en zone scolaire, virages à gauche sur un boulevard, passages pour piétons... amenez-en des défis, je suis capable (ou je n'avais pas le choix) d'en prendre!

Parlant de défis et de "tapons", je dois dire que je n'en revenais pas de voir à quel point certains piétons ne semblaient pas tenir à la vie plus que ça. Bien entendu, je suis une apprentie civilisée alors j'ai des yeux tout le tour de la tête afin d'éviter de leur faire visiter le paradis prématurément. Si eux n'ont pas le temps de traverser de façon sécuritaire, moi je n'en ai pas plus pour les envoyer en chaise roulante. Je leur fais donc attention, mais ce n'est pas le cas de tous les conducteurs malheureusement. Amis piétons, faites attention à vous!

En somme, ça s'est bien passé. J'ai réussi le parcours, je me suis améliorée et, mis à part une gauche et une droite légèrement mélangées, je crois que je suis sur la bonne voie en marche avant. J'avoue que j'étais pas mal fière d'avoir dépassé mes limites! Tellement, que j'ai même pris les clés de la van pour conduire de l'école de conduite à la maison.

Mais ça, c'est une autre histoire...

samedi 7 septembre 2013

La poule a séché ses plumes (Partie 2)

Chose promise, chose due!

Donc, je vous ai raconté mon aventure sur les boulevards mercredi midi.

Comme je n'aime pas m'auto-traiter de poule mouillée, je me suis moi-même mise au défi en conduisant à la noirceur le soir même!

J'avais un mini trajet à faire. Vous seriez morts de rire si ous saviez à quel point!

Ça m'a pourtant pris tout mon courage pour me lancer. L'orgueil aidant, j'ai effectué mon trajet avec l'estomac tellement noué, avec les mains tellement froides et moites que j'ai peine à me souvenir comment j'ai fait pour y arriver.

Car, j'y suis arrivée! Je n'aime pas beaucoup ça, mais reste que j'y suis arrivée!

Prochaine étape: prendre rendez-vous pour mes cours pratiques 5 et 6. Il faut bien la poursuivre cette formation qui n'en fini plus si je veux devenir autonome.

Bien sur, il me reste pas mal de boulot pour y arriver, mais en conduisant de nuit, j'ai au moins gravi un échelon de plus, non?

jeudi 5 septembre 2013

La poule a séché ses plumes (Partie 1)

Parfois, il arrive que les plans changent. C'est ce qui est arrivé hier.

Je croyais rincer le moteur de la Nissan à 40 km/heure. Erreur! Sans trop comprendre comment j'en étais arrivée là, je me suis retrouvée au volant de la van.

Remarquez que j'aime bien ma van (Zamoureux, prends bien note du déterminant possessif précédant le mot van). Elle offre un meilleur regard sur la route ce qui, dans mon cas, n'est pas négligeable.

Or, après plusieurs jours sans conduire, je pensais me promener tranquillement dans les petites rues de mon quadrilatère  bien aimé. Je ne sais pas quel fil s'est déconnecté dans mon cerveau, mais je me suis retrouvée sur un boulevard à 2 voies avec d'autres voitures et plein de piétons!

Est-il nécessaire de préciser que j'avais les mains moites, mais que j'y ai survécu?

J'ai malgré tout fini par tourner sur une petite rue tranquille histoire de faire diminuer mon rythme cardiaque.

C'est en montant gentiment une autre petite rue que l'impensable s'est produit: Je me suis engagée sur un boulevard à 3 voies!!! Une vraie folle! Après tout, on a qu'une vie a vivre alors autant la vivre à 50 km/h! C'est quand même quelque chose quand je vire "wild", n'est-ce pas?

À ce point, ai-je besoin de préciser que j'avais mal au cœur, que le sang ne se rendait plus dans les extrémités et que j'hyperventilais?

En vraie folle, j'ai même refait le trajet une 2ème fois!

J'avoue que j'étais pas mal fière. Mais, à ce moment-là, j'étais loin de me douter du défi qui m'attendais un peu plus tard ce jour-là...

À suivre... et enlevez-vous tout de suite l'autoroute de la tête!

mardi 3 septembre 2013

Poule mouillée

Je suis une poule mouillée.

Dur constat, mais force est d'admettre que c'est vrai.

Sur quoi je me base pour poser une telle affirmation? Facile!

Si je sors de mon petit quadrilatère habituel de conduite, je panique. En fait, je refuse catégoriquement même de conduire en dehors de ces lignes imaginaires, de ces frontières que je me suis imposées.

Une vraie de vraie poule mouillée!

Par contre, je ne compte pas le rester. Après plusieurs jours à trembler, j'ai réservé du temps de Nissan demain après-midi... La poule va se sécher les plumes!

Mais juste de le dire, je ne me sens pas bien... Cot, cot, cot

jeudi 22 août 2013

Je conduis sous la pluie...

I'm driving in the rain!!!!!

Avouez que la chanson est maintenant dans votre tête!

Après 1 semaine à ressasser les images d'accidents qu'on nous a passées en boucle au cours #8, j'ai pris mon courage à 2 mains.

Je devais faire quelques courses au magasin à rayons près de chez moi. Je n'avais pas le goût de conduire. Je suis enrhumée, il pleut... Toutes les raisons sont bonnes n'est-ce pas?

Je ne sais pas quelle mouche m'a piquée, mais une bulle au cerveau m'a fait tendre la main et m'a fait articuler un "je vais conduire" beaucoup trop convaincu pour l'assurance qui m'habitait.

Mais je l'ai fait! Aller retour, avec des boulevards, des changements de voie, des lumières et un gros stationnement.

Bon c'était à 5 minutes de la maison, mais c'était un gros 5 minutes.

J'ai fait ça comme une championne sans me laisser déconcentrer par les essuie-glaces.

Ai-je apprivoisé la pluie? Pas encore, mais je suis sur la bonne voie.

jeudi 15 août 2013

La vitesse en théorie

Ce soir avait lieu le cours théorique #8: La vitesse.

En résumé, on a passé 2 heures en classe à se faire répéter que la vitesse tue avec vidéos à l'appui.

La maman en moi a trouvé ce cours génial. Il est clairement monté pour les jeunes apprentis de 16 à 24 ans et j'ai hâte que mes fils le suivent afin de bien comprendre les impacts de la vitesse au volant.

L'apprentie de 34 ans en moi a trouvé ça VRAIMENT long. J'avais l'impression de subir l'un des mémorables sermons de mon père.

La rédactrice en moi a toutefois dû admettre qu'ils ont fait un effort pour dire 30 fois la même affaire sans que ça paraisse trop.

La stressée en moi a eu la peur de sa vie en voyant tous ces vidéos de collisions mortelles.

La grande question maintenant: Ai-je pu somnoler tranquille dans mon coin?

À cela, je dois dire que le prof en a vu d'autre. Il a toute de suite remarqué que j'étais celle qui faisait grimper la moyenne d'âge du groupe, celle à qui le cours ne s'adressait pas vraiment. J'ai donc eu l'immense honneur de lire à voix haute TOUTE la théorie! Je me félicite de m'être apporté un très grand thé, ça m'a permis de tenir le coup.

En somme, ce cours ne s'adressait clairement pas à moi. Toutefois, il y avait 14 jeunes de 16 à 24 ans dans la classe et, malheureusement, ce sont encore eux qui sont le plus souvent victimes de la vitesse au volant. Le but était clairement de leur mettre du plomb dans la tête. Est-ce la meilleure façon de faire? En tout cas, ça semble être efficace car, depuis le retour des cours obligatoires, il y a eu une diminution des accidents causés par les jeunes. Pas tous, mais une diminution assez significative pour que la maman en moi trouve ça pertinent et intelligent.

Tant pis pour l'apprentie de 34 ans, la rédactrice et la stressée en moi! Si au moins un des jeunes présents ce soir a changé sa façon de penser suite à ce cours, ça valait bien la peine de me le taper. Deux petites heures ce n'est rien à côté d'une vie, n'est-ce pas?

lundi 12 août 2013

À reculons...

En revenant de l'épicerie, ce soir, ma mère m'a tendu les clés de la van.

Fidèle à ma promesse, j'ai saisi les clés prête a conduire au nom des 4 piliers de la conduite automobile (pratique, pratique, pratique et pratique).

Or, on était dans un stationnement (obstacle 1) et il fallait reculer (obstacle 2).

Tout ce que je peux dire pour garder un semblant de fierté, c'est que ça été laborieux. La bonne nouvelle, c'est que je n'ai rien accroché (mince consolation) et que j'ai donné un bon spectacle aux passants (au diable l'orgueil).

Je vous jure qu'après ça, m'engager sur le boulevard, effectuer un changement de voie, tourner à la lumière et me rendre jusqu'à la maison a eu l'air d'un jeu d'enfant! (Un petit up! pour mon estime)

En arrivant à la maison j'ai dû affronter mon 2ème reculons de la journée (c'était trop pour mon cerveau).

Résultat: Je suis rentrée sur le bord du trottoir (honte), sous le regard de mon voisin amusé (double honte) et de mon Zamoureux (triple honte).

J'ai finalement remis les clés à ma mère en lui disant de s'arranger avec ça. Rendu à ce point j'ai tenté de préserver le peu d'amour propre qu'il me restait.

D'ailleurs je vous ai dit que j'avais effectué un super changement de voie avec l'angle mort et tout le tralala?

jeudi 8 août 2013

Rouillée...

Après 3 semaines d'inactivité, me voilà de retour derrière le volant.

Pourquoi ai-je attendu si longtemps? D'abord les vacances, puis la bonne vieille trouille. Rien de plus. Pathétique, n'est-ce pas?

Tellement pathétique que j'ai dû appeler à l'école de conduite pour réserver un cours pratique hors cursus pour me forcer à conduire à nouveau.

Pathétique, pathétique, pathétique!

Bon je pense que le quota légal concernant l'utilisation du mot "pathétique" est atteint.

Je me suis donc payé le luxe d'une reprise du cour #4: les changements de voies.

Quoi de mieux qu'une virée sur les boulevards environnants pour se remettre dedans?

Résultat: Je suis rouillée! Autant que Mathers dans le film "Cars". C'est une belle image, avouez!

Le problème c'est que je pense trop! Pas "trop" juste comme ça...VRAIMENT trop!

Et je ne regarde pas assez loin...

Bref, j'ai déjà vu mieux au niveau de mon estime personnelle. Ça m'apprendra à faire relâche!

Avec mon instructeur, j'ai toutefois convenu de m'en tenir aux 4piliers de la conduite automobile: 

1- La pratique
2- La pratique
3- La pratique

Et...

4- La pratique!

Ce qui signifie de ne plus refuser de conduire quand mes accompagnateurs me l'offrent (je plaide coupable sur ce point).

C'est donc avec un beau sourire, qu'une fois mon cour terminé, j'ai rejoint Zamoureux puis lui ai dit sans le laisser placer un mot: "Chéri, j'te ramène à la maison!"

C'était sa première fois en tant que mon passager. Mais ça, c'est une autre histoire que je vous réserve pour demain!

Sur ce, je vais aller faire sécher mes mains encore moites de nervosité!

Pathé... tique?

dimanche 21 juillet 2013

Pause

L'apprentie est présentement en pause vacances. Au menu pour la prochaine semaine: tout sauf de la conduite automobile.

De retour sur une route près de chez vous à partir du 29 juillet!

mercredi 17 juillet 2013

Hommage

La vie nous amène parfois des épreuves nous poussant à suspendre un projet en cours.

C'est ce qui se passe cette semaine. J'ai suspendu mes pratiques d'apprentie parce qu'une personne proche, le papa de mon Zamoureux, nous a quitté suite a une courte et fulgurante maladie.

Mon beau-père m'a toujours talonné pour que j'obtienne mon permis. J'aurais aimé qu'il puisse voir le vrai, mais la vie en a décidé autrement. Il aura au moins eu le temps de voir celui d'apprentie. Je sais que ça lui a fait plaisir de savoir que j'avais enfin osé.

Je me souviens qu'il avait la manie, a l'approche d'un arrêt, d'étendre sa main pour protéger son passager. Bien qu'inutile, cette façon de faire m'a toujours fait sourire. Surtout que Zamoureux a tendance parfois à faire comme son papa.

Je dédie donc mon cheminement vers le véritable permis à mon beau-père.

Et, qui sait, peut-être qu'un jour, lorsque j'aurai le courage de déplanter mes ongles du volant, je tendrai la main pour protéger mon passager à l'approche d'un arrêt...

mercredi 10 juillet 2013

Les boulevards

Aujourd'hui était un grand jour: C'était mon baptême de boulevards en tant que conductrice!

Après avoir récité 2 ou 3 chapelets, je dois dire que je suis fière de moi. Fière d'avoir affronté ma peur et d'avoir gardé le contrôle en tout temps.

Par contre, sur le thermomètre du stress, je dois être tout en haut! C'est fou ce qu'il y a du monde sur un boulevard! Bon, en tant que passagère, je savais que c'était achalandé, mais en tant que conductrice, il me fallait plus de paires d'yeux que ce que la nature m'a offert.

Heureusement, les constructeurs automobiles ont prévu le coup en fournissant généreusement des miroirs. Vous avez bien lu, des miroirs!

Sont-il mes amis? À ce point, je nous qualifierait plus en terme de connaissances, mais peu à peu, il se pourrait qu'une relation plus approfondie se développe. Avec de la pratique, je pourrais bien les aimer.

Résultat: Je ne suis pas si pire. Mon jugement est meilleur que ce que je pensais. Je l'avoue, je me suis sous estimée sur ce coup.

Maintenant, j'ai devant moi quelques semaines de pratique avant le cours théorique #8. Reste à utiliser ce temps pour tourner, rouler, changer de voie... Mes accompagnateurs vont travailler fort!

lundi 8 juillet 2013

De retour sur la route

Une semaine après ma vilaine entorse, je renouais avec "les joies de la conduite automobile". Tant pis pour le pied, il faut que ça roule!

C'est donc avec un petit stress au ventre que je me suis rendue à l'école de conduite pour mon cours pratique #3.

Qu'elle ne fut pas ma surprise de constater que j'avais changé d'instructeur! Jeune homme (vous savez celui qui a l'air et est probablement plus jeune que moi) allait m'accompagner pour cette heure d'apprentissage.

Autre surprise, j'ai hérité d'une voiture en plein stationnement bondé duquel que je devais sortir à reculons. Ai-je besoin de précisé que, jusque là j'avais "oublié" qu'il existait un mode marche arrière?

J'ai donc attaché ma ceinture, fait les ajustements nécessaires et récité une prière. Heureusement, Jeune homme, en bon pédagogue, avait pensé apporter un petit schéma pour illustrer le tout.

Résultat: Ce fut à l'image de toutes les premières fois, pas extraordinaire, mais je n'ai rien accroché ce qui constitue un énorme plus.

Après ce début quelque peu chaotique, Jeune homme a décidé de faire une révision du cours 2 afin de consolider la base plutôt que de me lâcher sur un gros boulevard comme c'était prévu au départ. Belle initiative, je trouve!

J'ai donc tourné, tourné et, au cas où ça ne serait pas assez évident, j'ai tourné! Je me suis même permis quelques angles morts (oui oui! des vrais!).

Résultat après une heure de tournage à gauche et à droite: Je maîtrise ET comprend la base. Jeune homme est définitivement un bon professeur!

Résultat collatéral: Je devrai rouler sur les boulevards à plusieurs voies lors du cours #4 qui aura lieu dans 2 jours.

Reste plus qu'à attacher ma ceinture, faire les ajustements nécessaires et réciter une prière...

mardi 2 juillet 2013

Le point sur le pied de conducteur

Après beaucoup de glace et de bons soins, le verdict est tombé aujourd'hui. Mon pauvre pied de conducteur a été victime d'une vilaine entorse. Résultat: Pas de cours pratiques pour moi cette semaine. Déception totale!

Je suis donc légèrement ralentie dans mon élan. Alternant chaud et froid sur ma pauvre cheville, je me contente du siège du passager et je pratique mon œil afin d'être encore meilleure lorsque je reprendrai la pratique.

Prochain cours officiel: lundi, 8 juillet 2013.

Entre temps, je vous promets des commentaires et anecdotes de passagère qui fait son cours de conduite. Pauvre maman et pauvre Zamoureux! Ils vont avoir hâte que je change de bord!

samedi 29 juin 2013

Badluck

J'étais déterminée à entamer le défi que ma mère m'avait lancé. Beau temps, mauvais temps (car Mère Nature semble être en SPM) j'allais faire mon 30 minutes de conduite et ce, pour les 3 prochains jours!

Je voulais le faire, je vous le jure!

Ça c'était jusqu'à ce qu'un bête accident  amoche mon pied de conducteur. En fait je ne connaissais pas cette appellation avant de rendre ma cheville et mon pied hors d'usage. Pas d'inquiétude, rien n'est cassé. Juste un petit contretemps plate.

En attendant, je me contente de commenter la conduite de ma mère. Vous savez le genre de commentaires "by the book" qui sont juste assez pertinents pour ne pas générer de réplique, mais qui agacent le conducteur expérimenté qui roule depuis tellement longtemps que c'est devenu une seconde nature.

Aujourd'hui, on étudie la ligne d'arrêt. Que de plaisir en perspective! Mais c'est ma maman et elle sait que je le fais pour son bien.

Je t'aime maman!


vendredi 28 juin 2013

Conduire sous la pluie

Ce matin, je me suis levée en me souvenant de ma promesse: Je devais reprendre l'entraînement après 1 semaine d'inactivité en tant que conductrice.

Tout allait bien jusqu'à ce que je regarde dehors: le déluge! Je pense même avoir vu l'arche de Noé passer! Bon j'exagère, mais il pleuvait! Le chapelet n'est utile a rien face à Mère Nature il faut croire.

J'ai donc pris sur moi! Après tout ce n'était qu'un peu d'eau!

Premier arrêt: l'école primaire pour aller chercher le bulletin de mes enfants. Ce n'est pas très loin mais avec une belle rue tout en courbe c'était assez pour me dérouiller.

Après, j'avais un peu de temps à tuer avant d'aller chez l'esthéticienne alors j'ai roulé et tourné dans le quartier.

Constat #1: Les essuie-glace ne sont pas si dérangeant que ça. Je devrais m'y faire!

Constat #2: Les gouttes d'eau dans les miroirs m'agacent au plus haut point. Comme le miroirs ne sont pas encore mes amis...

Et la grande question: Comment c'était?

Pas si pire que ça. Il faut dire que j'ai été chanceuse, il mouillassait juste un peu. J'ai fait patiner mes roues juste une fois, pas si mal au final.

Notez qu'au moment d'écrire ces lignes, il pleut a boire debout. Bien heureuse d'avoir déjà conduit!

J'ai toutefois reçu un défi sur Facebook de la part de ma mère: À l'aube d'un grand week-end de 3 jours, je dois prendre le volant pour au moins 30 minutes chaque jour.

Météomédia semble indiquer le retour du soleil: I'm in!

jeudi 27 juin 2013

Oups!

Ça fait déjà 1 semaine que je n'ai pas pratiqué, shame on me!

Je pourrais donner toutes sortes d'excuses, mais, à la place, je vais viser ma pratique de demain matin. Après tout, ce n'est pas juste derrière le volant qu'il faut regarder en avant!

Je dois dire que j'étais assez fière de moi. Je m'étais prévu un petit trajet et j'avais demandé à ma mère de m'accompagner. Encore sur le high de mes nouvelles connaissances acquises lors du cours théorique d'hier, j'avais même hâte de mettre en pratique ce que j'ai appris.

Ça, c'était avant que ma mère m'annonce toute fière: "En plus, tu vas conduire sous la pluie!"

Turn off TOTAL!!!

Mais, je n'ai qu'une parole. J'ai dit que j'allais conduire demain, alors, telle une mariée la veille de ses noces, je vais accrocher mon chapelet sur la corde à linge...


mercredi 26 juin 2013

Enfin un théorique intéressant!

Ce soir c'était le cours théorique #7 (pour votre culture, le nouveau programme prévoit 12 cours théoriques de 2 heures chacun).

Bon, d'entrée de jeu, je dois dire que lorsque le prof a l'air et est sûrement plus jeune que toi, ça écoeure! Heureusement, bal des finissants oblige, la moyenne d'âge du groupe était, elle aussi, un peu plus élevée. Matante se sentait donc un peu moins décalée.

Le thème du cours: La stratégie OEA

Mais qu'est-ce? Comme je suis super heureuse d'étaler mes nouvelles connaissances et, pour une fois, vous en montrer, OEA signifie "Observer, Évaluer, Agir", autrement dit, "conduire pour les autres". Avouez que cette expression vous est plus familière! Dans le fond, vous appliquez la stratégie OEA chaque fois que vous prenez le volant ce qui vous permet d'éviter grand nombre de dangers potentiels grâce à votre bon jugement.

À ce point-ci du cours, je me suis dit: "Mais pourquoi on n'a pas vu ça dès le départ?" Bien que cela fasse d'excellents billets de blogues, je me serais évité beaucoup de drames existentiels et de remises en question si j'avais suivi ce cours avant de me retrouver sur la route.

Contrairement aux cours précédents celui-ci était rempli d'exemples et de trucs pour éviter de se retrouver dans le pétrin. Après 1 mois et demi à se faire dire que la route était truffée de danger, il était plus que temps de nous dire lesquels en nous mettant en contexte. Se faire dire "tu peux avoir un accident" est une chose, mais se faire expliquer comment l'éviter c'est encore mieux!

On remercie donc le jeune prof dynamique pour son cours hautement interactif! 

Sur le chemin du retour, j'ai toutefois cassé les oreilles de Zamoureux avec mes recommandations OEA. Il était content, je pense, que l'école de conduite ne soit pas trop loin de la maison. Je crois que je suis en train de devenir une apprentie gossante. Mais se faire rafraîchir la mémoire n'est jamais bien mauvais n'est-ce pas?

mardi 25 juin 2013

La sagesse via Pinterest

En pause de pratique, en attente du cours théorique #7...


Je crois que ça dit tout. Maintenant suis-je capable d'être indulgente envers l'apprentie que je suis? Ça l'air si facile quand on regarde les autres aller!

samedi 22 juin 2013

La leçon de conduite de Zamoureux

Samedi pluvieux... Vous vous doutez que je n'étais pas au volant.

Nous revenions d'un diner agréable avec les enfants. La van roulait à la vitesse permise, nous étions plutôt relaxe. À une intersection, le feu vire au jaune, mais vu les conditions, sans accélérer, Zamoureux poursuit sa route. Rien à dire, du moins c'est ce que je pensais...

Des gyrophares rouges et bleu se sont soudainement excités derrière nous. Avions-nous un phare défectueux?

Le policier (assez beau garçon soit dit en passant) dit que Zamoureux est passé sur le feu rouge. Stupéfaction TOTALE!

Après un peu de bla bla et d'explications, on a eu droit à une contravention pas trop salée (merci M. l'agent) et Zanoureux s'en est sorti avec aucun point de démérite (fiou!).

On a même une droit à un petit cours en accéléré! Je ne me sentais pas du tout déphasée tellement je suis dedans en ce moment. Donc voici l'explication: Il est interdit de passer au feu jaune à moins d'avoir franchi la ligne d'arrêt au feu vert et que la couleur change en cours de route. Autant dire qu'une jaune c'est comme une rouge, point final!

Croyez-moi, je ne suis pas prête de l'oublier! Merci Zamoureux!


jeudi 20 juin 2013

Savoir quand ne pas conduire

Dans mes cours théoriques j'ai appris qu'on n'était pas toujours apte à conduire, même sans alcool et sans drogue.

Aujourd'hui, je n'étais pas apte à conduire. Le mal de sinus carabiné menaçant de me fendre la tête en deux m'a convaincu qu'il fallait que je sois là à 100% pour apprendre à conduire.

J'ai donc dû déclarer forfait. J'aurais aimé avoir une panoplie de nouvelles aventures à vous raconter, mais non! Plate comme ça! La van a presque pleuré mon absence.

D'ailleurs, je dois le dire, je l'aime ma van. En fait, je suis mieux de l'aimer, c'est elle que je vais conduire quand je serai autonome. Quoique... un nouveau bolide comme cadeau de permis dans 1 an.... Attendez une minute!

Zamoureux d'amour que j'aime.........

mercredi 19 juin 2013

Confession d'une fille qui tourne depuis 2 jours

Je ne suis pas du genre à me laisser abattre. Je n'aime pas non plus ne pas maîtriser une manoeuvre. Qu'à cela ne tienne! J'ai squatté la Nissan de mon amie pour une petite virée "spécial on tourne".

Pour tourner, j'ai tourné. À droite au début, puis à gauche. Comme je décidais de la destination, pas de mélange de type "droite/gauche". Un stress en moins!

Et puis, j'ai décidé de suivre mon instinct tout en gardant en tête ce que j'avais appris. Je n'avais pas l'intention de me tuer ou de blesser qui que ce soit alors je regardais quand même où j'allais.

Résultat: Je tourne quand même bien. Au niveau des pédales, du clignotant et du volant, je crois même que j'ai saisi le truc (applaudissements).

Reste les miroirs (moment de confidence). J'avoue ne pas avoir une relation harmonieuse avec eux. Ils sont là, je le sais, je les regarde, mais on dirait que je ne sais pas quand il faut que je les regarde alors j'y vais un peu au hasard en ayant l'air de savoir ce que je fais. Pathétique n'est-ce pas?

Je sais, je sais, il faut que je me laisse une chance. Mais personne ne peut me dire avec exactitude quand je dois les regarder. Ça doit être inné! D'après-moi, les miroirs sont de connivence avec l'angle mort, cet endroit mystérieux où tout disparait. On parle d'une véritable conspiration!

J'ai trop tourné vous pensez? Ça se pourrait. Mais je suis tout de même passée de "poche" à "pas pire" en 24 heures, c'est tout un progrès! Pour les miroir et l'angle mort, je vais être patiente. Ils se laisseront peut-être apprivoiser avec le temps.

mardi 18 juin 2013

Ça tourne!

J'arrive de mon cours pratique #2. Aujourd'hui j'ai appris comment tourner...

.....

.....

Je suis officiellement POCHE! C'est un dur constat, je l'admets, mais comment me qualifier autrement? Il y a tout simplement trop d'étapes. En théorie ça semble simple, mais prenez le temps de décortiquer la manœuvre... Y'a de quoi en perdre son latin!

Avancer, freiner, regarder partout (angle mort?!?), avancer, tourner en croisant bien les mains sur le volant, regarder ou on veut aller (le plus loin possible) accélérer, laisser le volant revenir et poursuivre sa route.

J'ai le tournis juste a me relire! La gauche et la droite semblent être du même bord! 

"Tourne à gauche... Non!!! L'autre gauche! Puis à droite, oui, oui, cette droite-la!" (Maman, je t'interdis de rire car la pomme tombe jamais bien loin de l'arbre)

Devinez ce que je vais pratiquer dans la petite Nissan aux essuie-glaces capricieux? J'ai définitivement du pain sur la planche!

lundi 17 juin 2013

Étape 1!

Dans ma démarche pour obtenir mon permis de conduire, je me suis fait une liste d'endroits où j'aimerais pouvoir me rendre seule.

Le premier (et le plus près de chez moi), le bureau de mon esthéticienne. Comme je suis chez elle au moins 1 fois par semaine, ça me semblait logique d'en faire ma première destination officielle!

En tant que tel, c'est un trajet de 5 minutes. Mais, tant qu'à y être, autant en profiter pour me promener dans le quartier (avec maman bien sûr! Je suis sur le chemin de l'autonomie, je n'ai pas l'intention de contrevenir aux lois et de rallonger inutilement ce processus déjà long).

Ce qui est marquant, dans mon coin, c'est le nombre de "stop". J'ai donc pratiqué à répétition le "avance, ralentis, freine, traverse"! Je crois que je commence à saisir...

Sur ma route, j'ai croisé une voiture de police. Allo la panique! C'est fou l'influence que ça peut avoir sur la débutante que je suis! Je n'avais rien fait mais mes fesses se sont serrées automatiquement et mon pouls est parti au galop sans demander son reste. De toute beauté!

Fait à retenir: Mes trapèzes n'aiment pas que j'apprenne à conduire. Ils sont crispés les pauvres!

En somme, je suis allée chez l'esthéticienne et j'en suis revenue comme une grande sans incident majeur (ça aurait été le comble tout de même!) Un pas de plus vers mon autonomie!

dimanche 16 juin 2013

Il pleut, il pleut bergère!

Je suis une peureuse. Voilà c'est dit!

Dans un billet précédent, j'ai parlé de ma hantise de conduire sous la pluie.

Et bien, après la pause d'hier, je pensais amener Zamoureux faire un petit tour dans le voisinage question de lui montrer mes nouveaux acquis.

Puis la pluie s'est mise à tomber. Je regardais la voiture dehors en me disant que j'allais attendre 1h et y aller. Mais la vérité c'est que je ne voulais pas y aller parce que j'étais morte de trouille!

Peut-être parce que, dans notre super cours théorique, la prof a répété au moins 1000 fois que la pluie représentait un danger... Ouais ça doit être ça!

Peureuse va! Demain sera meilleur!

Demain, pluie ou pas, je vais y aller...

samedi 15 juin 2013

Pause!

Aujourd'hui, je suis zen! C'est samedi et Zamoureux a pris le contrôle du volant. Aaaaaaah le bonheur d'être du côté passager!

J'en profite tout de même pour observer, étudier et apprendre, mais je laisse le trop de miroirs et les choses à penser à mon chauffeur désigné.

Bon samedi!

vendredi 14 juin 2013

J'ai survécu!

Il est 11h15... Je viens tout juste de terminer mon premier cours pratique. Je crois que le titre de ce billet est très bien choisi pour résumer mon expérience: J'ai survécu!

J'ai roulé dans les rues de mon voisinage comme une championne dans rien accrocher et/ou tuer. Avouez que la moyenne est bonne!

Je suis cependant vidée, brûlée, morte... name it! Voulez-vous bien me dire ce qu'il y a de relaxant dans le fait de conduire une auto? Miroirs, pédales, vitesse, panneaux, lumières, piétons, voitures, vélos... Mon cerveau surchauffe!

La bonne nouvelle, c'est que je suis maintenant capable de me rendre jusqu'à l'épicerie. Pensons au côté pratico-pratique!

Miroirs, pédales, vitesse, panneaux, lumières, piétons, voitures, vélos... Miroirs, pédales, vitesse, panneaux, lumières, piétons, voitures, vélos... Miroirs, pédales, vitesse, panneaux, lumières, piétons, voitures, vélos... Miroirs, pédales, vitesse, panneaux, lumières, piétons, voitures, vélos...

Ça y est! Je vais être malade! À côté de ça, mon boulot va avoir des allures de spa ou de plage ensoleillée!

Prochain cours: Mardi prochain!

Entre temps, si vous croisez une auto-école dans les prochains jours, soyez gentils et faites un petit signe pour laisser passer. Vous pouvez pas savoir à quel point ça peut faire plaisir!

jeudi 13 juin 2013

La veille du jour J

Quand j'ai commencé ce blogue il y a 3 jours, j'étais persuadée que mon premier cours pratique était prévu pour jeudi.

Or, semblerait que j'aie fait erreur, probablement transportée par un trop grand enthousiasme de me jeter dans le gueule du loup. Car c'est ainsi que je le ressens. Ce soir, je suis sur le tremplin et j'ai jusqu'à demain matin pour me faire à l'idée que je vais bel et bien conduire sur une vraie rue avec des vraies autos, des vrais cyclistes et des vrais piétons. Misère!

Bon, ceux qui me connaissent savent déjà que j'exagère car à 10h am, dans mon coin de ville, il y a plein de rues très tranquilles, parfaites pour une angoissée comme moi.

Reste que ce sera une première. Si vous avez passé votre permis il y a de nombreuses années, de grâce, épargnez-moi vos moqueries rien que pour ce soir. Demain, après 11h, je pourrai relativiser, me trouver bonne même, mais là, pas certaine que je sois prête.

Car c'est de cela dont il s'agit, de confiance en soi. Pourquoi a-t-on peur? Parce qu'on n'est pas certain du résultat voilà! Parce qu'on ne fait pas confiance aux autres, mais encore moins à soi-même! C'était bien mignon dans le stationnement, mais le risque était minime. Pas certaine que mon cerveau est prêt à affronter le monde des grands. Pauvre cerveau!

Encore une chance qu'il y aura un instructeur avec moi. Je ne dois pas être la première vieille névrosée stressée de prendre la route même si ce ne sont que des petites rues!

Sur ce, je devrais aller me coucher. Si je dois devenir grande et autonome, autant le faire en étant reposée. Le reste suivra, n'est-ce pas?

mercredi 12 juin 2013

Les essuie-glaces de la Nissan

Aujourd'hui, oh surprise! Mère Nature nous a fait cadeau d'un magnifique soleil et d'un ciel si bleu que ça aurait été gênant de ne pas me trouver une voiture à conduire!

Bon, là, j'ouvre une parenthèse:

Je sais que selon le petit guide de l'accompagnateur qu'on m'a remis à mon 6e cours théorique, je devrais m'en tenir à une seul accompagnateur et bla bla bla. Mais, j'ai pour mon dire qu'il vaut mieux pratiquer le plus possible en autant qu'on soit à l'aise avec la personne qui nous accompagne.

Fin de la parentèse

Donc, j'ai appelée une amie, propriétaire d'une belle petite Nissan Sentra assez récente, pour une virée dans le même stationnement que lundi histoire de lui montrer de quoi je suis capable. Et, il faut aussi se l'avouer, un espace connu enlève une bonne dose de stress.

Premier constat: Une voiture c'est vraiment plus bas qu'une van (Je crois que je ne vous l'avais pas dit que j'avais conduit la van familiale).

Second constat: Une job de frein serait peut-être à faire sur ma van. (Je vois déjà Zamoureux s'arracher les cheveux sur la tête. Relaxe chéri, ils sont garantis!)

Troisième constat: Semblerait que ça ait été payant d'avoir été une passagère attentive au cours des 20 dernières années.

Je dois dire que ma chère amie m'a étonné par son calme et sa confiance en mes capacités alors que j'étais au volant de sa voiture bien aimée. Elle a même, instant de folie je présume, suggéré qu'on s'essaie sur une petite rue. Je lui ai épargnée cette épreuve, n'ayez crainte!

J'ai donc pu manoeuvrer dans le stationnement pendant une bonne demi-heure sans trop de tracas ni de difficulté réelle jusqu'à ce que j'accroche le bras qui actionne les essuie-glaces. Woooooooo!!! Défi supplémentaire agrémenté d'une légère panique que je vous laisse imaginer. Mais, le plus pathétique, c'est l'incapacité de mon amie à contrôler, voire désactionner, ses essuie-glaces. À se tordre de rire!

Après quelques fausses manipulations de sa part, nous avons repris l'exercice initial. Toutefois, je n'avais pas vu venir le mode intermittent! Quand tu commences à conduire, mettons que ça surprend!

Note à moi-même: Je dois apprendre à contrôler les essuie-glaces!

mardi 11 juin 2013

Jour de pluie

Aujourd'hui, il pleut.

Ai-je besoin de vous préciser que je n'ai pas conduis?

Je vous vois déjà rire dans votre barbe, mais reste qu'une averse digne de l'arche de Noé n'est assurément pas ce qu'on appelle "des conditions idéales" pour une 2e expérience.

Il ne faut pas s'inquiéter, mon tour arrivera. Le nouveau programme d'apprentissage pour les nouveaux conducteurs s'assure que chaque apprenti soit confronté à toutes les conditions climatiques. C'est pas comme si on en avait pas toute une panoplie au Québec!

Déjà, je regarde la météo de la semaine et j'angoisse en pensant que mon premier cours pratique pourrait se faire sous la pluie. Encore heureuse que nous ne soyons que mardi! Il reste encore quelques dodos, ce qui laisse amplement le temps à Mère Nature de changer d'idée. Entre vous et moi, elle pourrait faire preuve d'un peu plus de compassion à mon égard.

lundi 10 juin 2013

Parce qu'il faut commencer quelque part...

Ça y est! J'ai mon permis temporaire!

"Ce n'était pas trop tôt!", diront certain. D'autres seront surpris car, jamais au grand JAMAIS je n'ai laissé entendre qu'un jour, ce jour arriverait.

Mais voilà que nous sommes ce fameux jour tant attendu après 5 semaines de cours théoriques obligatoires selon la loi. J'ai tout de même réussi l'examen préliminaire avec une respectable note de 28/30. Pas trop mal pour une éternelle passagère!

En fait, je trafique un peu la vérité car j'ai eu ce fameux permis le 31 mai. J'ai repoussé le moment fatidique, mais ce midi, je me suis rendu à l'évidence: Il faudrait tôt ou tard que je conduise (c'est bien le but de l'exercice n'est-ce pas?) Mon premier cours pratique étant dans 3 jours, je me devais d'acquérir un minimum d'expérience! J'ai ma fierté tout de même!

Zamoureux étant occupé à des tâches d'ordre professionnelles, j'ai demandé à ma mère de m'accompagner dans ce premier pas vers mon autonomie et c'est dans un stationnement quasi désert que j'ai vécu ma première fois.

Conclusion: Je n'étais ni exceptionnelle, si super poche (ouf!), mon égo est donc encore intact! Freiner en douceur me semble être une action naturelle, mais j'ai l'accélération saccadée. La ligne droite n'est pas si mal non plus. Je trouve cependant qu'il y a beaucoup trop de miroirs pour le nombre d'yeux que j'ai. Grosso modo, je m'accorde un gentil 6/10.

Je suis donc fière d'avoir franchie cette première étape. Je trouve que tant qu'il n'y a pas d'autres humains ou véhicules autour, ça va super bien!

Ça risque de se corser je crois...